Max Ajl: Green Transition or People’s Green New Deal?

[La transition verte ou le New Deal vert du peuple ?]

Les discussions conventionnelles sur la transition verte reposent essentiellement sur une transformation institutionnelle technique et légère – une introjection de technologie afin de transformer un système social intensif en CO2. En conséquence, bien qu’il soit courant d’appeler au « développement durable », ces propositions accordent un rôle prépondérant aux grandes entreprises, éludent les dynamiques de pouvoir Sud-Nord, évitent les questions de distribution, suppriment la discussion sur les classes et acceptent le rôle du capitalisme dans la transition verte. Cette communication critique certaines des propositions de « transition verte » dominantes et met en lumière les problématiques Nord-Sud et de classe liées à une telle transition verte, en se concentrant sur le secteur énergétique et les activités extractives associées, le secteur agricole et la dette climatique. Ce faisant, il esquisse les éléments centraux d’une transition verte alternative qui offre une trajectoire plausible pour une convergence du développement mondial basée sur un accès généralisé et garanti aux besoins sociaux fondamentaux.

La conférence se tiendra en anglais dans les locaux du MECAM, c/o ISEAHT, 27, rue Florian – Borj Zouara (Bab Saadoun), Tunis, et en ligne via le zoom le mercredi, 18 Mai 2022, 16:00-17:30 (temps de Tunis) // 17:00-18:30 (heure avancée d’Europe centrale)

Habib Ayeb : Agriculture paysanne, accès aux ressources et insécurité alimentaire

[Petite agriculture, accès aux ressources et insécurité alimentaire à Tunis]

Lundi, 16 Mai 2022, 16:00-17:30 (temps de Tunis) // 17:00-18:30 (heure avancée d’Europe centrale)

La Tunisie dépend à plus de 50 % de l’étranger pour ses besoins alimentaires, donc particulièrement les céréales. C’est le résultat des politiques agricoles extractivistes et principalement orientées vers l’export mises en place pendant la période coloniale et poursuivies jusqu’à aujourd’hui. Ces politiques sont à l’origine de l’épuisement des ressources naturelles, dont l’eau et la terre, et de la biodiversité. Elles sont aussi à l’origine des divers mécanismes et processus de dépossession de la petite paysannerie, de sa marginalisation et de son appauvrissement qui n’a cessé de s’aggraver depuis très longtemps.

Par ailleurs, les changements climatiques, que nous voyons déjà, auront inévitablement un effet dramatique sur la situation de la paysannerie qui verra sa pauvreté et son insécurité alimentaire s’aggraver. Ainsi, additionnés à la pauvreté paysanne et à l’épuisement des ressources naturelles, les changements climatiques en cours auront pour effet l’aggravation de l’insécurité alimentaire au triple niveau d’échelles ; familial, local et national. Ma communication tentera de montrer les divers liens et dynamiques entre les politiques libérales dominantes, la pauvreté paysanne et l’insécurité/dépendance alimentaire.

La conférence se tiendra en français avec la discussion en anglais et français. Elle aura lieu dans les locaux du MECAM, c/o ISEAHT, 27, rue Florian – Borj Zouara (Bab Saadoun), Tunis, ainsi qu’en ligne via zoom.

l’IFG IV « Ressources et durabilité »: Série de conférences MECAM Spring Talks, mai / juin 2022

De mars à juin 2022, le quatrième groupe de recherche interdisciplinaire « Ressources et durabilité » (Interdisciplinary Fellow Group / IFG IV) travaille sur les origines et les effets potentiels d’une série de stratégies économiques et sociales qui sont actuellement explorées pour créer un modèle alternatif de développement économique durable en Afrique du Nord. L’IFG étudie comment ces stratégies peuvent conduire à un développement socio-économique positif et aider à relever les défis environnementaux.

Pour les MECAM Spring Talks 2022, les fellows de l’IFG IV ont invité des collègues de renom à donner une conférence publique sur des questions proches de leurs propres recherches dans une perspective plus large, qui sera précédée d’un séminaire non public pour le groupe de fellows. Les conférences seront discutées par les boursiers ou d’autres experts renommés. Toutes les conférences se dérouleront en mode hybride.

—————————————————————————————–

En raison d’un empêchement imprévu, la conférence de la professeure Amirah El-Haddad, « The New Social Contract in North Africa », annoncée dans la série des Spring Talks pour le jeudi, 2 juin 2022, doit malheureusement être annulée et sera reportée au 10 novembre 2022 (comme présentation purement en ligne).

Mémoire et sa médiatisation

Quels sont les possibilités et les défis de la médiatisation de la mémoire ? Quels futurs la mémoire médiatisée peut-elle promettre ? À travers une réflexion sur la mémoire collective et ses limites, ce panel est à la fois une tentative de réponse à ces questions d’un point de vue théorique et artistique, mais aussi une invitation à réfléchir au rôle joué par les médias dans l’éthique de la documentation, de l’oubli et de la re-narration du passé. Ce Winter Talk se tiens en ligne le jeudi, 03 février 2022, 18h30 – 20h00 (heure de Tunis et de l’Europe centrale), via Zoom. Prof. Andrew Hoskins (University of Glasgow) et Mouna Karray interviennent dans ce panel avec Dr. Marianna Liosi (Weißensee Kunsthochschule Berlin / The Free Fine Arts Academy in Rimini) et Dr. Rania Said (University of Massachusetts Boston) entant que discutantes.

Victimisation : Sa construction, contestation et utilisation

L’objectif essentiel de la justice transitionnelle est de reconnaitre les torts subis par les personnes, considérées alors comme des victimes, afin de changer les structures qui les ont permis. Mais la notion de victime n’est pas que juridique, elle est aussi sociale et politique. Les conférences de ce panel discutent de ses significations et de ses usages dans les contextes irlandais et algérien.

Le Winter Talk a lieu en ligne via Zoom (Meeting ID : 843 6768 1179 et Passcode : 540480) le vendredi 28 janvier 2022, de 18h30 à 20h00 (heure de Tunisie et d’Europe centrale) avec la Prof. Marie Breen Smyth (Université du Massachusetts / Université du Surrey) et la Dr Faouzia Zeraoulia (Université de Jijel) comme intervenantes et la Prof. Ratiba Hadj-Moussa (Université de York) comme modératrice.

 

La Tunisie en transition

Après l’insurrection populaire qui a conduit, en 2011 en Tunisie à la chute de Ben Ali, la Tunisie s’est engagée, depuis dix ans, sur la voie d’un processus de transition démocratique. Le pays a connu, chemin durant, le foisonnement d’un climat inédit de liberté, notamment d’expression et de presse, qui n’a pas manqué de valoriser son image à l’échelle internationale en tant que  « pays de la démocratie naissante » et, plus particulièrement dans son environnement régional, comme « berceau » et comme « modèle unique » et « exemple réussi » du printemps arabe. Cependant, en dépit des acquis démocratiques, des ombres demeurent au tableau. Née en 2014, avec l’adoption d’une Constitution de compromis selon un système parlementaire mixte, la démocratie tunisienne traverse aujourd’hui une crise pouvant mettre son existence en péril. La transition politique parait aujourd’hui vacillante, la méfiance envers les partis politiques considérable, et la crise sociale, permanente. Comment se manifeste cette crise ? Quelles perspectives envisager pour en sortir ? Dans le cadre de ce Winter Talk, Madame Kmar Bendana, Monsieur Mohamed-Salah El Omri et Madame Selima Kbaili nous proposent de réfléchir, en effet, sur certains aspects de ce processus transitionnel en Tunisie et les écueils inhérents à son évolution.

Ce Winter talk se déroule le jeudi 20 janvier 2021, 18h30 – 20h00 et est modérer par Prof Sonia Zlitni-Fitouri (Université de Tunis).

Jennifer Howell : La représentation du traumatisme politique

Le traumatisme politique dans les bandes dessinées francophones d’Afrique du Nord. Dans le dernier exposé de la série, Jennifer Howell (Université de l’Illinois) aborde la question de la mémoire et de l’art visuel, qui est un autre thème central de l’IFG, dans le contexte de la bande dessinée algérienne.

Kawthar Ayed : La science-fiction et l’anticipation

L’universitaire Kawthar Ayed, spécialiste de la science-fiction arabe et de la littérature d’anticipation dans le monde arabe, était l’orateur de la deuxième conférence d’été du MECAM. Madame Ayed a fait un exposé fascinant sur la littérature comme un  moyen d’imaginer l’avenir. Comme l’a montré Madame Ayed, les auteurs de science-fiction sont souvent sollicités comme conseillers par les gouvernements occidentaux (par exemple, pour l’élaboration de scénarios de pandémies), alors que dans le monde arabe, de tels liens ne peuvent être établis, bien qu’il existe une tradition florissante d’écriture de science-fiction dans la région.

Rachida Triki : Expérience esthétique et émancipation

Les MECAM « Summer Talks »ont été le premier format créé par l’IFG. Les invités, sélectionnés par le groupe de boursiers, ont été choisis pour approfondir des sujets spécifiques. Autre que les conférences publiques organisées, les intervenants ont été invités à assurer un séminaire dans le cadre du groupe de boursiers. L’historienne de l’art, commissaire d’exposition et philosophe Rachida Triki, de l’Université de Tunis, a lancé la série de conférences avec son exposé intitulé « Expérience esthétique et émancipation » Abordant ainsi une question centrale de la recherche de l’IFG, qui consiste à souligner la relation entre l’esthétique et la politique sous l’angle des arts visuels,  MadameTriki a souligné le rôle émancipateur de l’art.

Français