La violence à l’épreuve de la littérature : Rencontre avec Mustapha Benfodil (Algérie) et Samir Sassi (Tunisie)

Les héritages de la violence laissent des traces visibles et invisibles sur les sociétés, ce qui suscite des questions sur leurs trajectoires politiques, leurs effets, le sens de la justice et de la paix, et les expressions créatives associées. La littérature est l’un des domaines privilégiés pour explorer ces questions. Qu’il s’agisse de fiction ou de non-fiction, la littérature traitant de la violence est un moyen d’expression puissant qui peut refléter et relier les expériences individuelles et partagées, influencer et être influencé par les débats publics, ainsi que contribuer à une compréhension évolutive du rôle de la mémoire publique et culturelle dans la gestion de l’héritage de la violence.

L’Algérie et la Tunisie traitent toutes deux des héritages de la violence. Le travail littéraire en Algérie et en Tunisie fait partie d’un processus continu de négociation, d’élaboration, d’identification et de reconnaissance de la violence passée, qui se prolonge dans le présent dans les deux pays.

Lors de cette Rencontre Ibn Khaldoun, professeur Ratiba Hadj-Moussa discutera avec l’écrivain algérien Mustapha Benfodil et l’écrivain tunisien Samir Sassi de leurs œuvres et de leur traitement de la guerre civile (Algérie) et de la violence autoritaire (Tunisie), des impacts de celles-ci sur leurs expériences personnelles et artistiques, ainsi que des relations de leurs œuvres avec les débats publics dans leurs pays respectifs et plus largement.

Details:

Date: Jeudi, 15 septembre 2022, 14:00-17:00 (temps de Tunis)

Lieu : Salle « Soufia El Golli », Cinémathèque Tunisienne, Cité de la Culture, Tunis

Présentateur :

Mustapha Benfodil est un écrivain algérien né en 1968. Il a fait des études de mathématiques et de journalisme à Alger. Auteur protéiforme, son écriture touche à la fois au roman, au théâtre et à la poésie. Benfodil a publié quatre romans, tous parus aux éditions Barzakh, à Alger, et réédités en partie en France : Zarta (Le déserteur, 2000); Les Bavardages du Seul (2003) ; Archéologie du chaos [amoureux] (2007; Al Dante, 2012), Body Writing. Vie et Mort de Karim Fatimi, écrivain (2018; Macula, 2019, sous le titre Alger, journal intense). Mustapha Benfodil est l’auteur, en outre, d’une dizaine de pièces de théâtre et d’un recueil de poésie: Cocktail Kafkaïne [**Poésie noire**]  (Bristol, Hesterglock Press, 2018). En 2020, il a reçu le Prix Mohammed Dib pour son roman « Body Writing ».

Samir Sassi est un écrivain et un chercheur universitaire tunisien. Il est titulaire d’un doctorat en langue, littérature et civilisation arabes et il est membre du laboratoire de recherche « Le phénomène religieux en Tunisie » à la Faculté des lettres de l’Université de Manouba. Parmi ses ouvrages figurent trois romans sur la torture dans les prisons tunisiennes durant la période allant de l’indépendance à l’aube de la révolution (Borj Roumi : les portes de la mort ; Les fils de l’obscurité ; Bait Annakech) et trois livres universitaires (La citoyenneté entre le religieux et le politique dans la pensée de Burhan Ghaliou ; La légitimité du pouvoir dans la pensée politique islamique ; et Supplication et politique : Libérer l’espace public dans l’Islam).

Moderator:

Ratiba Hadj-Moussa est professeur titulaire au département de sociologie de York University (Toronto) dans les domaines de la sociologie culturelle et politique. Son travail porte sur les espaces publics maghrébins, algérien en particulier, sur le  cinéma et les médias, les mémoires alternatives et les modes d’expressions radicales et populaires au Maghreb. Ses domaines de recherche sont tous informés par des axes multidimensionnels incluant le genre, la politique, et les discours et les pratiques minoritaires.

Date

Sep 15 2022
Expired!

Heure

14h00 - 17h00

Comments are closed.

Français