Dr. Sanabel Abdelrahman

  (Philipps-Universität Marburg/ Germany)

Sanabel Abdelrahman est titulaire d’un doctorat en études arabes, axé sur le réalisme magique dans la littérature palestinienne, de la Philipps-Universität Marburg. Elle a obtenu sa licence et sa maîtrise au département des civilisations du Proche et du Moyen-Orient de l’université de Toronto. Elle a été boursière postdoctorale à l’EUME au Forum Transregionale Studien en 2023/2024 à Berlin, où elle a travaillé sur sa recherche intitulée “Beyond Magical Realism : Situer la libération palestinienne dans les futurismes indigènes”. Outre ses cours à la Philipps-Universität Marburg et à la Freie Universität Berlin, Sanabel est une auteure bilingue de fictions et d’essais qui s’intéresse également aux arts visuels et au cinéma.

Abdelrahman est titulaire d’un doctorat en études arabes, spécialisé dans le réalisme magique dans la littérature palestinienne, obtenu à l’université Philipps de Marburg. Elle a obtenu sa licence et sa maîtrise au département des civilisations du Proche et du Moyen-Orient de l’Université de Toronto. En 2023/2024, elle a été boursière postdoctorale à l’EUME au Forum Transregionale Studien de Berlin, où elle a mené ses recherches sous le titre “Au-delà du réalisme magique : Situer la libération palestinienne dans les futurismes indigènes”. En plus d’être chargée de cours à l’université Philipps de Marburg et à l’université libre de Berlin, Sanabel est une écrivaine bilingue de fiction et d’essais dont les centres d’intérêt s’étendent aux arts visuels et au cinéma.

Project Aesthetics & Cultural Practices

The Futures of Postcolonial Hauntologies: A Case for the Maghreb

Ce projet de recherche tente de retracer le phénomène de la hantise postcoloniale maghrébine des espaces français dans une sélection de films, de chansons et d’arts visuels. Il explorera les continuums potentiels des futures révolutions qui émergent des traces postcoloniales prolongées. Il étudie la manière dont les traces postcoloniales, telles que les “fantômes” algériens, exercent une résistance décoloniale sous la forme d’une hantologie comprise dans des contextes indigènes.

Parallèlement, il étudiera la persistance du martyre en tant que condition (post)coloniale dans le contexte algérien en particulier et dans le Maghreb en général.

Ces sujets invitent à s’interroger sur la poétique de l’espace après la révolution et l’indépendance dans les films et les espaces d’exposition, ainsi que sur les conceptualisations du “chez-soi”. Comment le sens de l’espace est-il modifié dans le vide post-indépendance où les “utopies” de la post-révolution ne se sont pas (encore) matérialisées ? En outre, est-il possible d’intégrer ces questions dans le cadre de l’afrofuturisme – en particulier en ce qui concerne l’agence, les présents-futurs alternatifs et les imaginations collectives puissantes à l’œuvre ?

Français