Shreya Parikh

(Doctorant, Département de sociologie, Université de Caroline du Nord à Chapel Hill, États-Unis / CERI-Sciences Po Paris, France)

Shreya Parikh est une double doctorante en sociologie au CERI-Sciences Po Paris et à l’Université de Caroline du Nord à Chapel Hill. Sa recherche de thèse porte sur les constructions et contestations de la race et de la racialisation en Tunisie à travers un focus sur les expériences de racialisation des Tunisiens noirs et des migrants subsahariens. Plus largement, elle s’intéresse à l’étude de la race, de la religion, de la migration et de la citoyenneté dans la région de l’Asie occidentale et de l’Afrique du Nord et dans sa diaspora. Ses travaux ont été financés par la Global Religion Research Initiative de l’Université de Notre Dame, le Kenan Institute for Ethics de l’Université de Duke, et des subventions internes de ses institutions d’affiliation. Ses recherches ont été publiées dans le Middle East Report du MERIP et le Carnet de l’IRMC ; ses articles d’opinion ont été publiés dans Nawaat (Tunisie), The Wire (Inde), ThePrint (Inde) et Dawn (Pakistan). Parikh a grandi à Ahmedabad en Inde, et a entrepris ses études antérieures à Sciences Po Paris et à l’Université américaine de Beyrouth.

Projet Identités et Croyances 

Projet: Construire et contester la négritude en Tunisie

L’objectif de mon projet de thèse est d’étudier la race (une construction sociale) et la racialisation en Tunisie. J’aborde cette enquête à travers l’étude du Noir en tant que catégorie raciale parce que la négritude, c’est-à-dire l’ensemble des imaginaires construits sur ce que signifie être Noir, est (re)produite, négociée et remise en question par rapport à d’autres catégories raciales, ethniques et nationales comme les Blancs, les Arabes, les Amazighs (populations autochtones) et les Tunisiens. Les spécialistes de l’histoire ont détaillé les généalogies des populations noires esclaves amenées en Tunisie depuis l’Afrique de l’Ouest jusqu’à l’abolition de l’esclavage en 1846 en Tunisie. Pourtant, nous savons peu de choses sur les processus et les mécanismes par lesquels cette histoire joue dans la construction du Noir comme catégorie raciale. En outre, au cours de la dernière décennie, la Tunisie est devenue un site important de migration de transit de l’Afrique sub-saharienne vers l’Europe. Qu’est-ce que la présence croissante de migrants subsahariens en Tunisie ajoute aux couches historiques de la construction du Noir en tant que catégorie raciale ? Par quels processus et mécanismes les Tunisiens à la peau plus foncée et les migrants subsahariens subissent-ils une racialisation, c’est-à-dire une catégorisation en tant que Noirs ? Pour répondre à ces questions, je me base principalement sur des entretiens avec des Tunisiens noirs et des migrants subsahariens et sur des observations dans des sites qui accueillent un nombre important de ces deux groupes.

Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

Deutsch