Farouk El Maarouf

(PhD candidate, Kénitra)

Fraîchement diplômé du Centre d’études culturelles marocaines de l’Université Sidi Mohamed Ben Abdellah de Fès, Farouk El Maarouf est actuellement doctorant à l’Université Ibn Tofail et travaille sur les communautés d’art vernaculaire au Maroc. El Maarouf a reçu une bourse d’étude d’ERASMUS+ à l’Université Babes-Bolyai, Roumanie (2020) où il a suivi des cours d’études culturelles britanniques et irlandaises. Ses dernières co-publications (2020) comprennent « City as Canvas : Street Art(ists), Walls and the City between State Patronage and Artistic Transformation », Matatu : Journal for African Culture and Society, Brill, et un article théorique sur COVID-19 intitulé « Covid-19 : A Critical Ontology of the Present », Educational Philosophy and Theory 53:1, Routledge. Les recherches universitaires d’El Maarouf portent sur plusieurs domaines thématiques des études culturelles, notamment les économies alternatives, la société du risque, les marchés d’art locaux et la chasse au trésor au Maroc, les politiques de genre, le street art, la littérature maghrébine, les études sur la diaspora, la jeunesse et l’activisme.

Projet Esthétique et Pratique Culturelle 

Projet : L'esthétique de la marge : Communautés d'art vernaculaire, marchands curieux, consommateurs d'art peu orthodoxes et visualités alternatives

Ce projet de recherche s’écarte de l’histoire culturelle, sociale et politique contemporaine du Maroc pour générer une discussion adéquate sur les significations et les implications de la vision (visualisation) dans le domaine de l’art et de la culture. En abordant les questions de la visualité et de la perception, nous devons poser des questions préliminaires pour savoir qui a le droit de voir.

En abordant les questions de la visualité et de la perception, nous devons poser des questions préliminaires pour savoir qui a le droit de voir. L’œil de qui ? Qui/quoi mérite d’être le sujet/objet du regard ? Qui voit mieux ? Qu’est-ce que cela signifie de voir dans un contexte chargé de troubles et de tensions ? Tout en considérant l’importance et les manières de voir, cette recherche s’appuie sur les récits des chasseurs de beauté/trésor qui ne se satisfassent pas des manières orthodoxes pour gagner leur vie. En effet, cette recherche situe à juste titre la discussion sur le présent et l’avenir de la circulation de l’art et les différents praticiens défavorisés qui contribuent à la circulation de l’art (à travers les classes, les différences culturels et les boucles sociales). Comme il est important de se rapprocher des communautés qui y opèrent, cette recherche étudie comment les différents mouvements et flux affectent la perception des locaux (et la perception des locaux par les spectateurs) de la beauté, l’esthétique, le bonheur et l’éthique, qui, en retour, empruntent et résonnent avec les préoccupations populaires (quotidiennes), les craintes et les inspirations futures des communautés vulnérables concernées.

Français