Liosi, Marianna

(LABA – The Free Fine Arts Academy, Rimini (Italy); Guest Lecturer MA Spatian Strategies, Weißensee Kunsthochschule, Berlin (Allemagne))

Marianna Liosi est commissaire d’exposition et chercheuse. En 2020, elle a obtenu son doctorat en sciences humaines, à l’université de Ferrare, en Italie. À travers sa thèse, intitulée Social Networks as Digital Archives : Videos of the Tunisian Revolution post-January 14, 2011, elle a cherché à offrir un aperçu du rôle joué par les réseaux sociaux, en particulier YouTube et Facebook, en tant qu’archives numériques au sein de la culture de la connectivité, dans la Tunisie post-Ben Ali. Ses recherches portent sur la question du spectateur engagé, les réseaux sociaux comme archives numériques, l’affect et les émotions, et la mémoire numérique comme outil de résistance. Avec l’artiste et professeur Nasan Tur, elle a tenu le séminaire « ‘We want the break, we want to fail’ (L. Russell). Politics of self-reconfiguration in challenging times » au MA Spatial Strategies, Weißensee Kunsthochschule, Berlin (2021). Elle a été chargée de cours sur les médias et la théorie de la perception à LABA – l’Académie libre des beaux-arts de Rimini (Italie) (2019-2021). En tant que curatrice, Marianna a initié en 2016 le laboratoire expérimental curatorial-pédagogique Between-Broadcast Workshop (BB-W), un laboratoire permanent de discussion et de création dans les universités, ainsi qu’une chaîne YouTube. BB-W explore le lien entre le militantisme à travers les vidéos, l’empathie et les souvenirs numériques, ainsi que l’activisme du spectateur-utilisateur à travers le montage cinématographique. Elle a publié des essais dans des volumes édités, tels que Image Testimonies – Witnessing in Times of Social Media, (ed. by Kerstin Schankweiler, Verena Straub, Tobias Wendl (2019), ainsi que des articles dans la revue Video Journal of Education and Pedagogy, SpringerOpen, et dans les sites opendemocracy.net et Ibraaz.

Projet Mémoire et Justice

Phénomènes émotionnels, mémoire et sentiment de justice pendant la justice transitionnelle en Tunisie

La recherche vise à explorer le sentiment de justice en relation avec la mémoire médiatisée et digitale et les phénomènes émotionnels pendant la justice transitionnelle dans la Tunisie post-14 janvier 2011. En particulier, j’observe la justice transitionnelle comme une phase intégrée dans le processus révolutionnaire toujours en cours dans le pays.
Le point central de mon étude est l’héritage communautaire que les émotions et les sentiments construisent pendant la justice transitionnelle en Tunisie. Au cours du processus de réconciliation entre les citoyens et l’État, les émotions et les sentiments sont porteurs et, à leur tour, donnent une voix à l’actualisation des expériences des citoyens. Je soutiens que le partage public des souvenirs personnels et des émotions qui y sont liées permet de les transmettre au-delà de la sphère individuelle et de les transformer en un patrimoine collectif.
Mes objets de recherche sont les matériaux visuels médiatisés, en particulier les œuvres d’art, créés en Tunisie pendant le processus révolutionnaire. En particulier, à travers la vidéo-performance de Souad Mani et les installations de Héla Ammar, j’examinerai comment l’esthétique ainsi que les médias numériques et analogiques utilisés par ces deux femmes artistes contribuent à développer le sentiment de justice dans la communauté tunisienne. En outre, j’observerai dans quelle mesure ce sentiment influence ou est, à son tour, affecté par la mémoire. Je prévois que l’engagement social à travers l’art peut guérir des sujets et des groupes. Je m’attends à ce que l’utilisation de médias spécifiques, tels que le numérique, facilite un sentiment de réhabilitation sociale et politique.
Enfin, mon étude explore de manière critique la notion de collectivité lorsqu’il s’agit de réfléchir à la polysémie des récits qui composent la mémoire, et elle examine le lien entre l’art et le partage public de phénomènes émotionnels dans le cadre du processus de guérison que le processus de justice transitionnelle visait à atteindre en Tunisie.

Français