Myriam Amri

 (Candidate au doctorat, Université de Harvard/ USA)

Myriam Amri est candidate au doctorat dans le cadre du programme conjoint d’anthropologie et d’études du Moyen-Orient à l’Université de Harvard. Son projet de thèse porte sur l’argent, la monnaie nationale et l’État-nation en Tunisie et à la frontière entre la Tunisie et l’Algérie. Elle s’intéresse en particulier aux notions de matérialité, de circulation et de valeur. Elle est titulaire d’une double licence de SciencesPo Paris et de l’Université de Columbia, d’une maîtrise de la London School of Economics et est cofondatrice de « Asameena », un collectif littéraire arabe. Elle est également une artiste visuelle travaillant avec la photographie analogique et la réalisation de films documentaires.

Projet Inégalité & Mobilité

Deviant Currencies : L'argent et ses formes litigieuses le long d'une frontière nord-africaine

Le projet de recherche de Myriam au MECAM fait partie intégrante de son projet de thèse de doctorat qui réunit la monnaie nationale et l’État-nation pour examiner comment la monnaie nationale tunisienne devient une forme contestée sur laquelle se dessinent les imaginaires et les angoisses sur ce qui constitue un État-nation, en particulier en période de « révolution » et de « transition ». Cette recherche est un projet interdisciplinaire basé sur deux sites clés, la Banque centrale de Tunisie et la frontière nord-ouest entre la Tunisie et l’Algérie, afin de localiser la constitution mutuelle des règles formelles et informelles qui produisent le dinar tunisien en tant qu’objet du pouvoir de l’État en même temps qu’il est transformé en moyen d’échapper à l’État. Au MECAM, Myriam s’est concentrée sur la collecte de données sur la circulation des devises à la frontière tunisienne et sur la myriade de discours sociaux qui imaginent la fuite de l’argent hors de l’État-nation.

Français