Dorothée Hagenstein

(Albert-Ludwigs-Universität Freiburg/Allemagne)

Dorothée Hagenstein est enseignante et doctorante externe, elle a suivi une formation d’enseignante bilingue (français, politique et philosophie) à l’Université de l’éducation de Freiburg, en Allemagne, combinée avec des études culturelles européennes. Elle a également étudié à l’Institut d’éducation de Kigali, a enseigné plusieurs années au Rwanda et a terminé ses études par son travail sur « La réforme de l’éducation au Rwanda : L’anglais ou le « Kinyarfranglais » comme nouvelle langue d’enseignement ? Une analyse empirique du multilinguisme dans le système scolaire rwandais ». Dorothée a fait son stage (Referendariat) à Potsdam dans une école du projet UNESCO. Son mémoire de master portait sur les droits de l’enfant et leur mise en œuvre pratique à l’école. Depuis août 2020, Dorothée vit avec sa famille en Tunisie. Ici, elle a travaillé pour le Goethe-Institut et est heureuse d’avoir maintenant la possibilité de poursuivre ses études. Elle s’intéresse aux théories postcoloniales et féministes et ses recherches portent sur l’éducation aux droits de l’homme, les droits de l’enfant et les inégalités scolaires.

Projet Mémoire et Justice

Droits de l'homme et éducation aux droits de l'homme dans la Tunisie postrévolutionnaire : acteurs - multiplicateurs et discours

Le titre provisoire de mon projet de recherche est « Formes d’éducation aux droits de l’homme dans la Tunisie post-révolutionnaire : acteurs – multiplicateurs et discours ». Les droits de l’homme ont joué un rôle important pendant la révolution du printemps arabe 2011 et tout le processus de transition mais aussi à l’époque de la Tunisie postcoloniale et post-révolutionnaire. En partant d’approches postcoloniales-féministes, ma partie théorique remettra en question la vision « eurocentrique » des droits de l’homme en tant qu' »occidentaux » et discutera du problème de l' »universalité » par rapport au « relativisme culturel ». Un bref aperçu de l’histoire des droits de l’homme, de la tradition occidentale ainsi que de la relation entre l’Islam et les droits de l’homme pourrait conduire à un « consensus superposé » interculturel sur les droits de l’homme (Bielefeld). En comparant le discours allemand et tunisien sur l’éducation aux droits de l’homme, j’ai l’intention d’analyser les acteurs nationaux centraux.

Une attention particulière sera accordée au groupe d’activistes de Lina Ben Mhenni et à leur combat permanent pour les droits de l’homme dans la Tunisie post-révolutionnaire. Un autre sur l’Institut arabe des droits de l’homme, l’Observatoire des droits de l’enfant et la Ligue tunisienne des droits de l’homme. Les principales méthodes de mon approche qualitative sont les entretiens semi-standardisés et les analyses de documents avec une évaluation analytique du contenu.

Ma recherche est guidée par les questions de recherche suivantes : Quelles formes d’éducation aux droits de l’homme existent dans la Tunisie post-révolutionnaire ? Quelle compréhension des droits de l’homme et de l’éducation aux droits de l’homme ont les acteurs et les étudiants tunisiens ? Quels sont les chances et les défis de l’éducation aux droits de l’homme dans le processus de transition ?

La Tunisie est un exemple intéressant d’activités civiles concrètes en matière de droits de l’homme, qui, sur le plan didactique, pourrait également être utilisé comme une approche interdisciplinaire et transculturelle de l’éducation aux droits de l’homme dans les écoles et les universités.

Français